Gérard de Nerval

Résignation

Quand les feux du soleil inondent la nature,
Quand tout brille à mes yeux et de vie et d’amour,
Si je vois une fleur qui s’ouvre, fraîche et pure,
Aux rayons d’un beau jour ;

Si des troupeaux joyeux bondissent dans la plaine,
Si l’oiseau chante au bois où je vais m’égarer,
Je suis triste et de deuil me sens l’âme si pleine
Que je voudrais pleurer.

Mais quand je vois sécher l’herbe de la prairie,
Quand la feuille des bois tombe jaune à mes pieds,
Quand je vois un ciel pâle, une rose flétrie
En rêvant je m’assieds.

Et je me sens moins triste et ma main les ramasse,
Ces feuilles, ces débris de verdure et de fleurs.
J’aime à les regarder, ma bouche les embrasse…
Je leur dis : O mes soeurs !

N’est-elle pas ma soeur cette feuille qui tombe,
Par un souffle cruel brisée avant le temps ?
Ne vais-je pas aussi descendre dans la tombe,
Aux jours de mon printemps ?

Peut-être, ainsi que moi, cette fleur expirante,
Aux ardeurs du soleil s’ouvrant avec transport,
Enferma dans son sein la flamme dévorante
Qui lui donna la mort.

Il le faut, ici-bas tout se flétrit, tout passe.
Pourquoi craindre un destin que chacun doit subir ?
La mort n’est qu’un sommeil. Puisque mon âme est lasse,
Laissons-la s’endormir.

Ma mère !… Oh ! par pitié, puisqu’il faut que je meure,
Amis, épargnez-lui des chagrins superflus,
Bientôt elle viendra vers ma triste demeure,
Mais je n’y serai plus.

Et toi, rêve adoré de mon coeur solitaire,
Belle et rieuse enfant que j’aimais sans espoir,
Ton souvenir en vain me rattache à la terre ;
Je ne dois plus te voir.

Mais si pendant longtemps, comme une image vaine,
Mon ombre t’apparaît… oh ! reste sans effroi :
Car mon ombre longtemps doit te suivre, incertaine
Entre le ciel et toi.

Juin 1839



6 commentaires pour « Gérard de Nerval »

  1.  
    23 septembre, 2008 | 23:04
     

    bonsoir Jade
    je viens te voir en derniere car j’adore flaner sur ton blog… Ce poème est très beau , il me touche beaucoup … merci de l’avoir mis pour en faire profiter le plus de gens … Tu devrais en mettre d’autre….Euh… tu dois connaitre les poèmes saturniens de verlaine non ? je dis ça comme ça …
    Gros bisous
    a demain
    cathy

  2.  
    7 décembre, 2008 | 10:21
     

    Je ne connaissais pas ce poème de Nerval, merci de l’avoir mis en ligne.

  3.  
    10 août, 2009 | 21:55
     

    tres beau poeme. Merci de nous le faire partager

  4.  
    9 octobre, 2009 | 16:30
     

    Très très beau et triste en même temps !
    Claire.

    Dernière publication sur Amour, Beauté, Désir : L'exilé.

  5.  
    29 novembre, 2009 | 13:23
     

    merci de ton passage sur mon blog c’ est toujours un plaisir de voir que l’ on est pas oublié!
    tes poèmes sont toujours aussi  » à fleur de peau et surtout indémodable!
    j’ espère que tu va bien
    bon dimanche à toi
    avec une envolée de bisous pour ce dimanche presque hivernale ici sur nancy!
    prends soinde toi!
    je pense que tes conseils doivent me servir tu sais que mon passage au tribunal pour l’ obtention d’ une pension n’ est pas encore prêt il ne faut pas être pressé je passe mon irm la semaine prochaine je serais tranquille pour les fêtes j’ ai stoppé ma balnéo, continu la relax, mais ne suis pas plus mal pour autant, j’ ai suspendue mes antalgiques le sevrage est dur! mon rdv centre anti douleur est maintenu pour février!
    je ne suis plus en arrêt , la sécu à fait peur à mon médecin voilà mon lot de soucis, rdv pour le rsa doit rechercher un emploi je ne vois pas comment mais j’ irais le 15 à mon rdv pôle emploi! courage ma belle!
    merci au plaisir de recevoir de tes nouvelles je t’ écrirais en privée!sans compter la famille mais chacun en a.

  6.  
    12 janvier, 2010 | 22:57
     

    Merci pour ce texte, j’aime beaucoup G. de Nerval.
    Je profite de ma ballade sur ton site pour te souhaiter une merveilleuse année 2010
    bises

    Dernière publication sur l'esprit des anges 2 : L' Amour est le lien que Dieu nous tend..........

Laisser un commentaire